Le dressage du chien *

Pour l 'utilité ou le sport

Principe
Dresser un chien, c'est lui apprendre à exécuter des ordres ou à effectuer certains actes dans certaines circonstances. Les séances sont courtes mais répétitives, et fondées sur le conditionnement et le renforcement positif : le chien associe la bonne réalisation d'un acte à des félicitations chaleureuses et une récompense (balle pour jouer, boudin à mordre, friandise dans certains cas... ainsi que caresses du maître ou de l'éducateur). Peu à peu, la difficulté des exercices est augmentée, jusqu'à ce que le chien soit opérationnel. En cas de non réussite, la simple absence de récompense est préférée à la réprimande. Dans tous les cas, la brutalité est à proscrire.

Les séances d'entraînement doivent relever du jeu, et ne jamais se conclure sur un échec : c'est la recherche de la récompense qui motive le chien à faire ce qu'on attend de lui – pas le sens du devoir ni l'instinct. Une bonne éducation de base est une condition sine qua non au démarrage d'un dressage.

Certains particuliers choisissent de dresser eux-mêmes leur chien d'utilité (chien de chasse, de garde). Mais de façon générale, il est conseillé de toujours faire appel à un professionnel, car des erreurs de dressage peuvent entraîner des problèmes d'agressivité chez le chien, avec les risques de morsures associés. Il est en général possible aux maîtres de participer aux séances de dressage et, ainsi, de dresser leur chien en compagnie de l'éducateur.

Le cas du dressage dit « au mordant » (le chien mord sur ordre, le plus fort possible, et ne lâche prise que sur ordre) est à part : interdit aux particuliers, il ne peut être pratiqué (article L. 211-8 du Code rural) que par des associations agréées et dans certains cas précis (« sélection des chiens de race dans le cadre d'épreuves de travail » et « dressage et entraînement des chiens utilisés dans les activités de gardiennage, surveillance ou transport de fonds »).

Le dressage professionnel des chiens de sport et d'utilité.

 

Le dressage est un vrai programme de formation, qui a pour but d'aboutir au renforcement d'un ensemble d'aptitudes et à la réalisation de divers comportements, dessinant un vrai « métier » (chiens d'utilité).

La formation, qui commence souvent dans la première année du chien, peut durer de quelques semaines ou mois (chiens de chasse, de berger) jusqu'à 18 à 24 mois (chiens sauveteurs, chiens guides d'aveugle, chiens d'assistance pour handicapés moteurs...), ou même plus (entraînements supplémentaires pour les chiens sauveteurs par exemple). Elle peut être suivie dans des clubs ou des centres d'éducation canins (chiens de chasse, de garde, chiens truffiers...) ou dans des écoles spécialisées (chiens guides d'aveugle). Les chiens utilisés par la police et l'armée sont dressés au sein de ces institutions, par les maîtres-chiens avec lesquels ils feront équipe toute leur carrière. Dans le cas des chiens de sauvetage, c'est une équipe homme-chien préexistante qui est sélectionnée pour une formation commune.

Les différents sport canins pratiqués sont :

L'Obéissance :

Le Pistage (Français et F.C.I.) :

Le Ring *:

Le Mondioring *:

Le Campagne *:

Le R.C.I *:

L'Agility :

L'Obéissance rythmée :

Le Fly Ball-Frisbee:

Le Cani-cross (en VTT ou à pied) :

L'Attelage :

Le ski jorring :

* : Disciplines incluant du mordant sportif et ne pouvant être pratiquées qu'avec les races habilitées par leur club de race et sous des conditions bien définies, avec un encadrement très réglementé et strict.

Le chien d'utilité

Par opposition aux chiens d'agrément, qui n'ont d'autre rôle que celui d'animal de compagnie, les chiens d'utilité sont des auxiliaires de l'homme, employés dans des rôles précis. À l'issue d'une éducation de base suivie par un programme de dressage renforçant et mettant à profit leurs aptitudes spécifiques (éducation et dressage du chien), les chiens d'utilité maîtrisent un véritable « métier ».

Si certaines races sont traditionnellement utilisées dans un rôle plutôt qu'un autre (le terre-neuve comme chien de sauvetage aquatique, les setters et les terriers pour la chasse...), d'autres peuvent être éduquées à remplir des rôles très éloignés les uns des autres (tel le berger allemand, qui peut être tout aussi bien chien guide d'aveugle que chien d'avalanche ou chien de garde).

Les chiens d'assistance de vie

Ces chiens sont formés pour aider les personnes présentant des handicaps à accéder à l'autonomie dans leur vie quotidienne : les plus connus sont les chiens guides d'aveugle, mais il existe aussi des chiens guides pour sourds ou malentendants, ainsi que des chiens d'assistance pour handicapés moteurs. Les écoles qui dressent ces chiens les cèdent gratuitement aux personnes handicapées ; seul l'entretien du chien (alimentation et soins) est à la charge de son propriétaire.

1.1 Le chien visiteur

Le chien visiteur intervient dans les maisons de retraite, les longs séjours, les centres pour handicapés, les hôpitaux. Il apporte le temps de sa visite, sa présence chaleureuse, apaisante. Grâce à la complicité immédiate créée par le chien et à sa capacité à motiver les personnes visitées, les interventions permettent de stimuler la mobilité, les sens, l'expression de la mémoire. Toutes les races peuvent être utilisées.

1. 2. Chiens guides d'aveugle.
Les chiens guides d'aveugle sont dressés pour aider les personnes déficientes visuelles dans leur vie quotidienne, aussi bien à leur domicile que dans la rue ou les transports en commun.

Outre l'obéissance aux ordres simples, ils font preuve de nombreuses compétences. Ils s'arrêtent devant les escaliers et sécurisent la montée ou la descente, signalent les bordures de trottoir, repèrent les passages piétons et se placent devant pour protéger leur maître, trouvent une boîte aux lettres ou un banc, localisent les entrées ou les sorties des magasins, des gares, évitent ou indiquent les obstacles... Ils doivent aussi avoir mémorisé les trajets courants, savoir prendre des initiatives et même désobéir aux ordres de leur maître s'ils perçoivent un danger.

Les chiens les plus couramment employés comme guides d'aveugle sont le labrador, le golden retriever et le berger allemand.

La formation des chiens d'aveugle se fait en deux temps : d'abord, de l'âge de 3 à 15 mois environ, socialisation, éducation et pré-dressage dans une famille d'accueil aidée par un éducateur canin spécialisé ; ensuite, pendant 6 mois, une formation spécifique dans une école spécialisée. À l'issue du dressage, le chien est confié à son maître définitif, soutenu les premiers temps par l'éducateur.

1. 3. Chiens guides pour malentendants ou sourds.

Ces chiens ont pour rôle d'alerter, par contact physique, les personnes sourdes ou malentendantes lorsqu'ils perçoivent un certain nombre de sons (en les conduisant le cas échéant vers la source du bruit) : bruit de la sonnette, pleurs d'un bébé, sifflement d'une bouilloire, sonnerie du réveille-matin ou du téléphone, alarmes, sons inhabituels... Si leur maître n'est pas en mesure de donner des ordres verbaux, ils obéissent à des signes de la main. Comme les chiens guides d'aveugle, ils doivent aussi savoir prendre des initiatives.

De nombreuses races de chiens peuvent être utilisées dans ce rôle. Des associations pratiquant de ce type de dressage existent aux États-Unis, au Canada, au Royaume-Uni entre autres, mais peinent à s'installer en France.

1. 4. Chiens d'assistance pour handicapés moteurs.

Ces chiens reconnaissent et obéissent à une cinquantaine d'ordres. Ils ont pour rôle d'effectuer de nombreux gestes difficiles voire impossibles à accomplir pour leur maître, comme ramasser des objets tombés au sol (stylo, lunettes, pièces), aller chercher un téléphone ou des clés, allumer ou éteindre la lumière, ouvrir et fermer les portes, aller chercher de l'aide auprès d'une autre personne, etc.

Les chiens dressés pour ce rôle sont souvent des labradors ou des golden retrievers.

2. Les chiens sauveteurs.

Les chiens sauveteurs travaillent en tandem avec leur maître. C'est ensemble qu'ils suivent les stages de formation, et ensemble qu'ils participent aux opérations de sauvetage.

2. 1. Chiens d'avalanche.

Un odorat extrêmement entraîné et une grande résistance physique sont les qualités principales des chiens d'avalanche. Ils repèrent à l'odorat les victimes ensevelies sous la neige, en ignorant les autres odeurs (l'odorat des chiens est en effet capable de discriminer différentes odeurs, pour ne retenir que celle qui les concerne). Rapides, ils fouillent avec aisance des superficies importantes, là où plusieurs hommes devraient sonder la neige pendant des heures.

Les chiens dressés pour les sauvetages en montagne sont souvent des bergers allemands, des boxers, des golden retrievers et des labradors. Les saint-bernard, traditionnellement utilisés dans ce rôle, sont aujourd'hui délaissés car trop lourds pour se déplacer rapidement sur la neige fraîche.

2. 2. Chiens d'intervention sur catastrophe.

Les chiens d'intervention sur catastrophe repèrent à l'odorat les survivants ensevelis sous les décombres, sur les lieux de séismes, de glissements de terrain, d'explosions, de bombardements...

Dans ce rôle encore, les bergers allemands sont souvent employés, mais les chiens d'intervention sur catastrophe peuvent appartenir à diverses autres races (berger belge malinois, boxer, doberman...).

2. 3. Chiens de sauvetage aquatique
Les chiens de sauvetage aquatique doivent être bons nageurs et très résistants physiquement, car ils doivent nager en tirant derrière eux victimes (qui éventuellement se débattent pour résister à la noyade) ou canots.

Le terre-neuve, traditionnellement utilisé dans ce rôle, reste la race privilégiée pour ce type d'interventions. Il cumule en effet des qualités idéales pour le sauvetage aquatique : il a un pelage imperméable et une couche de graisse sous-cutanée qui augmentent sa résistance au froid, un sous-poil qui lui assure une bonne flottabilité, des pieds palmés et une queue utilisée comme un gouvernail ; de plus, il est puissant et nage à l'aide de ses quatre pattes (contrairement aux autres chiens qui n'utilisent que leurs membres antérieurs). Toutefois, berger allemand, boxer ou labrador peuvent aussi être entraînés au sauvetage aquatique.

3. Les chiens détecteurs de drogue ou d'explosif et les chiens pisteurs.

Ces chiens « renifleurs » sont utilisés par la police, la gendarmerie ou l'armée. Tous ont un odorat entraîné à repérer une odeur donnée parmi des dizaines d'autres. Comme les chiens de sauvetage, ils travaillent en tandem avec leur maître-chien.

Les chiens détecteurs de drogue ou d'explosifs sont capables de repérer ces objets cachés dans des sacs, casiers, etc. On tire profit des chiens pisteurs pour la recherche de personnes disparues ou perdues en forêt, ou dans la poursuite de criminels ou suspects en fuite. Ils sont aussi utilisés dans le pistage sportif, une activité de loisir.

Les chiens renifleurs de drogue ou d'explosif sont souvent le berger allemand, le labrador et l'épagneul breton. Le meilleur pisteur est considéré comme étant le chien de Saint-Hubert (ou bloodhound), capable de repérer des indices olfactifs non seulement sur le sol mais aussi dans l'air, et apte à les détecter plusieurs heures après qu'elles sont devenues trop faibles pour les autres chiens.

4. Les chiens de garde et de défense.
Ces chiens sont utilisés pour garder les domiciles, les bâtiments divers (dont les installations militaires), pour protéger les transporteurs de fonds, comme auxiliaires des agents de sécurité, etc.

Leur détention par les particuliers est réglementée par le Code rural : pour posséder un de ces chiens, il est obligatoire d'obtenir un permis de détention et une attestation d'aptitude. Par ailleurs, leur détention est interdite dans un certain nombre de cas (mineurs de moins de 18 ans, personnes sous tutelle, personnes condamnées pour certains délits, personnes ayant perdu leur droit à posséder un chien).

Les races de chiens aptes à être dressées à la garde et à la défense sont nombreuses. Citons, entre autres, le berger allemand, le doberman, le dogue allemand, le bouledogue anglais ou bulldog, le boxer, le rottweiler.

5. Les chiens de chasse.
Ils peuvent être dressés à des méthodes de chasse diverses, en fonction de leurs aptitudes naturelles, du terrain et du type de gibier : on distingue ainsi les chiens d'arrêt (qui s'immobilisent lorsqu'ils ont repéré le gibier), les chiens leveurs de gibier et broussailleurs (dressés à débusquer les proies), les rapporteurs de gibier (qui cherchent et rapportent l'animal abattu à leur maître), les chiens d'eau (qui rapportent les oiseaux tombés dans l'eau), les chiens courants (qui poursuivent le gibier), les chiens de recherche au sang (qui pistent le gibier blessé).

Les races pouvant être utilisées comme chiens de chasse sont nombreuses ; elles forment les groupes 6, 7 et 8 de la classification internationale des chiens, ainsi qu'une partie des groupes 3 et 4 .

6. Les chiens truffiers.

Les chiens truffiers sont dressés à repérer les truffes sous terre. De très nombreuses races de chiens peuvent être utilisées, puisque la seule aptitude mise en œuvre est l'odorat, mais il est conseillé d'éviter les chiens de chasse. Leur instinct risquerait d'être plus fort que l'attrait de la récompense, et ils pourraient partir à la poursuite d'un lapin ou d'un autre animal au lieu de chercher les champignons.

7. Les chiens de traîneau.
Les chiens de traîneau doivent être robustes, et leur force leur permettre de tirer de lourdes charges, tout en étant rapides et endurants (ils doivent être capables de parcourir en courant plusieurs dizaines de kilomètres par jour).

Les races de chiens utilisées sont les chiens nordiques : essentiellement le husky sibérien, l'alaskan malamute, le samoyède et le chien du Groenland, ainsi que des croisements entre ces races.

8. Les chiens de berger et de bouvier.

Ces chiens sont dressés comme gardiens de troupeaux (moutons, bœufs...), qu'ils surveillent, protègent contre l'attaque des prédateurs tel le loup, rassemblent et conduisent. Il existe de nombreuses races de chiens de berger et de bouvier, répartis dans les groupes 1 et 2 de la classification internationale des chiens.

La plupart des chiens de berger traditionnels font preuve d'aptitudes de défense mises à profit dans l'armée, la police, le gardiennage ; on en dresse aussi certains comme chiens de garde et chiens de sauvetage. Ce sont aussi, avec les chiens de bouvier, des chiens de compagnie appréciés.

* : certaines phrases ou définitions de ce texte ont été extraites de l'encyclopédie Larousse via internet.

Rendez-vous

Pour prendre rendez-vous ou recevoir plus d'informations, contactez-nous au


06.50.39.46.07

 

ou envoyez-nous un email.

Contact

L'esprit chien

Philippe Cuynet

 

2 adresses 

 

1 impasse des Meslières 

90500 BEAUCOURT

06.50.39.46.07

 

Zac des prés 

90400 ANDELNANS

03.84.55.80.00

cyno-pro@lespritchien.fr